регистрация / вход

Минск - Столика Республики Беларусь

Институт предпринимательской деятельности Курсы гидов-переводчиков ЭКСКУРСИЯ ДЛЯ ИНОСТРАННЫХ ТУРИСТОВ «МИНСК – СТОЛИЦА РЕСПУБЛИКИ БЕЛАРУСЬ» ( французский язык)

Институт предпринимательской деятельности

Курсы гидов-переводчиков

ЭКСКУРСИЯ

ДЛЯ ИНОСТРАННЫХ ТУРИСТОВ

«МИНСК – СТОЛИЦА РЕСПУБЛИКИ БЕЛАРУСЬ»

( французский язык)

Выполнила: Вера Протас

Преподаватель: Л.А. Корогодова

Минск 2007

Medames et Messieurs, bienvenus à Minsk! Je suis très heureuse de vous voir ici. J’espère que vous etes bien passés la nuit et soyez pleins de forces à decouvrir notre ville. Je m’appelle Vera, je serai votre guide. Nous allons faire un tour à travers la ville, qui va durer deux heures et demie. Lors de notre petit voyage vous allez prendre connaissance des curiosités de la ville, de voir les monuments historiques, les ensembles architecturaux, le centre historique de la ville.

Au cours de notre tour nous allons faire des petits arrets pendants lesquels vous pourrez vous reposer et prendre des photos.

Minsk, c’est la capitale de la République de Belarus qui se trouve au centre de l’Europe et dont la superficie est 207 milles km. Notre République n’a pas de debouche maritime. Elle confine à la Russie au nord et à l’est, à la Pologne à l’ouest, à la Lettonie et la Lituanie au nord-ouest, à l’Ukraine au sud.

C’est un pays plat, couvert de vastes forets et partiellement marécageux.

La population du Belarus est de 11 mln. d’habitants, dont les deux tiers vivent dans les villes. Elle se compose de Belarusses, de Russes, d’Ukrainiens, de Juifs, de Tatars et de Polonais.

Le climat est continental et tempéré. L'hiver est souvent rigoureux. En été il ne fait pas très chaud.

Notre pays n'est pas riche en ressources naturelles. Le sous-sol renferme sel potassique, sel gemme, tourbe, sable, argile et sources d'eaux minérales. Le Bélarus importe surtout du pétrole et du charbon.

Les forêts occupent le tiers du territoire de la république. Leur faune est très riche. On y trouve lièvres, loups, ours, écureuils, castors, sangliers, renards et même aurochs, symbole de la république.

L'économie nationale du Bélarus est constituée par plus de 100 industries. Le visage contemporain du pays est formé par les industries d'automobiles, de tracteurs, de pneus, chimique, minière, de construction de machines-outils, de fabrication de roulements, électronique et d'appareils de précision.

L'agriculture de la république se spécialise en la production des pommes de terre, des céréales, du lin, du lait et de la viande.

La république a un potentiel technique et scientifique de haut niveau, basé sur l'Académie des sciences, nombreux universités, instituts et laboratoires de recherches.

Le Bélarus est un des Etats fondateurs de l'Organisation des Nations Unies. Minsk est non seulement la capitale de notre pays, mais aussi la capitale de la Communauté d'Etats indépendants.

Nous commençons notre voyage par l’avenue Pobediteley, une des plus jeunes avenues de Minsk et qui nous mène vers la vieille ville.

A votre gauche se profile le Palais des sports qui fait penser à un grand navire de haute mer. Ce batiment a été construit en 1966 et il est prevu pour 6000 places. Le Palais est destiné aux compétitions sportives et aux differentes manifestations d’ordre social. En 1999 derrière le palais on a construit le patinoire couvert.

A droite s’élèvent de grands édifices administratifs ou se trouvent plusieurs bureaux, offices etc.

A gauche vous voyez les lointains de la Svislotch , la rivière qui traverse toute la ville. Vous allez voir cette rivière encore plusieurs fois pendant notre voyage.

Les sculptures que vous apercevez à votre droite symbolisent les quatres saisons de l’année.

Bien que Minsk soit une ville assez jeune, il compte plus de neuf ans de son histoire qui est pleine d’événements intéressants et importants, tragiques et édifiants.

On sait la date de la naissance de Minsk grace à l’auteur du « Dit de la compagnie d’Igor » ou il parle avec une vive douleur des fils russes tués dans cette bataille. Le 3 mars 1067 une bataille acharnée a eu lieu sur la rivière Némiga entre les fils du prince de Kiev Yaroslav : Iziaslav, Sviatoslav et Vsévolod et le prince de Polotsk Vseslav. Minsk a été pillié, les hommes ont été massacrés, les femmes et les enfants sont tombés prisonniers.

Au cours de son histoire Minsk a été mille fois reduit en cendre, mais chaque fois il ressuscitait. C’est juste pour ca qu’on aime répéter que notre ville est ancienne et moderne à la fois.

C’est la place de la Liberté qui s’ouvre devant nous. Cette place ancienne est le témoin de l’histoire de Minsk de cinq siècles, le témoin des plusieurs événements historiques, le noyau historique de la ville.

En 1930 le centre de la ville se trouvait justement sur cette place mais en 1950 le centre s’est déplacée à la place Centrale (aujourd’hui la place d’Octobre). Au moment de prononciation de Minsk comme la capitale du Belarus le centre de la ville se trouvait à la place de la Liberté.

Nous sommes arrivés à la place de Haute Ville . Maintenant cette place est connue comme le centre historique de la ville. Mais en realité Minsk a apparut dans l’autre endroit. On croit que notre ville est née sur cette pelouse verte que vous voyes de l’autre coté de la route, au croisement de deux fleuves: Svislotch et Némiga. Vous pouvez voir Svislotch, mais Némiga est disparu de la carte de la ville. Aujourd’hui c’est une petite rivière souterraine, le nom de laquelle porte la rue qui passe le long de cette rivière.

Les fouilles archéologiques temoignent qu’à cet endroit se trouvait l’ancienne forteresse bien défendue par une fortification de puissants murs de terre d’une hauteur d’au moins 10 m avec des murailles et des portes en bois flanquées de deux tours.

Cette place-forte était un ensemble architectural complexe avec des bâtiments divers principalement en bois, et une église cathédrale. Près de la forteresse une agglomération d’artisans s’est constituée avec un quartier marchand, des rues pavées de bois et des installations de drainage parce que la forteresse était entourée de marécages.

Grace aux differents outils de travail, des instruments, des ustensiles de ménage, la vaisselle, les articles en bois, en cuir, en os, en métal, trouvés au cours des fouilles archeologiques, on peut juger de l’essor des métiers dans la ville.

Dès XI-ième siècle l’artisanat avait un haut niveau de développement. Les habitants de Minsk étaient réputés comme maîtres dans l’art de la ferronnerie.

Dans des fours spéciaux on obtenait du fer qui était amené dans la ville où il était travaillé par les forgerons qui connaissaient déjà des procédés spéciaux de la fabrication de l’acier. Par des moyens divers, souvent très subtils, on obtenait des faux, des haches, des couteaux d’excellente qualité.

Les artisans échangeaient des articles de leur confection contre du sel, du fer, de l’étain et d’autres marchandises amenées d’ailleurs. Les multiples liaisons entretenues avec des pays parfois très éloignés sont attestées par les trouvailles archéologiques. Les premiers marchés étaient conclus sur la rive droite de Svislotch où accostaient les bateaux des marchands. Cette voie commerciale est connue sous le nom « des Variags et Grecs » ce qui a donné une version de l’origine du nom Minsk. Car le tas de marchands y vendaient ou echangeaient leurs marchandises. Alors, le mot echanger ( meniat, mena qui veut dire échange) est à l’origine de l’appellation de notre ville.

Mais il y a une autre version. Les données des recherchs archéologiques temoignent qu’autrefois Minsk se trouvait un peu plus loin qu’aujourd’hui, au bord de la rivière la Menka. Peut-etre ce bourg etait detruit par les envahisseurs car les archéologistes y trouvent les vestiges d’un chateau.

Mais en 11 siècle à cause des sols marécageux et impossibilité de s’élargir plus loin la ville etait obligée de changer son centre et déménager à cette place, nommée maintenant La Haute Ville. C’etait un centre administratif, commercial et culturel de la ville. On y a edifié des noveaux constructions mais deja en pierres. Et vous voyez maintenat une petite partie de ces édifices autour de vous. Et des ce temps-la, c’est cet endroit qui represente le centre historique de notre ville.

Du 13 siècle jusqu’au 16-ième siècle Minsk faisait partie de la grande principauté de Lituanie . C’etait le temps d’or pour notre pays. C’etait l’époque de la formation de la nation biélorusse, de la langue et culture biélorusse. La langue belorusse était langue d’état. On a publié des lois en langue belorusse, des livres. Le grand civilisateur biélorusse Skorina qui a vécu dans la première moitié du 16 siècle, a été l’initiateur de l’imprimerie en langue biélorusse.

En 16 siecle, pour renforcer leur domination sur les terres russes et en particulier sur le Belarus, les princes lituaniens se sont alliés aux magnats polonais et par l’Union de Lublin (1569), le peuple biélorusse s’est retrouvé pour 200 ans sous domination polonaise.

Mais a la fin du 18 -ième siècle le Bélarus s’est affranchi de la domination polonaise pour se trouver cette fois sous la domination russe: en 1772 sa partie orientale a été annexée à la Russie et en 1793-1795, le reste du territoire a été réuni à la Russie.

Malheureusement au cours de toute son histoire notre pays etait toujours dechiré par ses voisins : la Pologne et la Russie.

En décembre 1922, la République socialiste soviétique de Biélorussie devient une république de l'URSS. Le territoire administré par la Pologne est rattaché au Belarus en 1939 quand l'Armée rouge occupe la Pologne orientale. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Belarus est occupée par les troupes allemandes. Les traités d'après la guerre confirmèrent l'existence du Belarus dans ses frontières actuelles. La République socialiste soviétique de Biélorussie devint membre fondateur de l'ONU (1945).

Les temps passés nous ont laissé seulement quelques exemples de l’architécture ancienne.

Non loin de l’ancienne forteresse on peut voir l’eglise Sainte-Catherine , laplus ancienne église à Minsk, construit en 17 siècle.

C’est une basilique à trois nefs. La facade est formée de deux tours fortifiées, avec les coupoles en heaume. La cathédrale a été mainte fois reconstruite. Mais le caractère défensif de l’architecture de cette église témoigne qu’auparavant elle avait non seulement des fonctions religieuses, mais aussi servait de l’avant-poste sur les abords du sud du château. Pendant presque deux siècles (17-18) la cathédrale de Saint Pierre et Paul restait le temple orthodoxe unique de Minsk qui auparavant était catholique. A la fin du 18 siècle l’église est tombée en décadence et a été reconstruite grâce à l’argent qui a été donné par l’impératrice russe Katerine II, le nom de laquelle elle porte maintenant. Aux 1930 l’église de Saint Pierre et Paul, comme d’autres temples de Minsk, a été fermée et on a aménagé dans son bâtiment le dépôt de poisson. Aux années 1970 l’église a été restaurée, on lui a redonné son ambiance initiale avec les éléments des styles Renaissance et Baroque. On essaie de lui rendre son aspect originel.

Peu à peu on a vu l’apparition de notre propre style de baroque, l’exemple duquel vous voyez devant. C’est une cathédrale orthodoxe de Saint Esprit du 17 siècle de style baroque. C’est la cathédrale principale de la ville. La cathédrale Saint –Esprit a éte érigée en 1642-1687 comme une église catholique de l’ordre des Bernandines. En 1918 les offices dans la cathédrale de Saint-Esprit ont été arrêtés, la basilique a été transformée d’abord en salle de sport et puis en prison. En 1974 le temple a vu reériger ses croix. De nos jours dans la cathédrale se trouve l’icône miraculeuse de Notre-Dame de Minsk . D’après la légende c’est cette icône qu’au X-ième siècle tenait dans ses mains le Saint Vladimir qui a imposé le christianisme à la Russie.

(Religion)

La population belorusse est en majorité de tradition grecque ortho­doxe, ce qui a favorisé l'influence russe. Dans l'ouest et le nord-ouest de la Biélorussie l'influence de la culture polonaise est notable. On y trouve de fortes concentra­tions de populations catholiques romaines. Aujourd'hui, on estime qu'il y a à peu prèes de 2,5 millions (25%) de catholiques en Biélorussie.

50% se proclament croyants. Parmi eux 25% - les orthodoxes.

Actuellement, on comptait à Minsk environ 38 sociétés religieuses: 7 sociétés de l'église orthodoxe bélarusse, 5 catholiques, 2 gréco-catholiques, 8 évangélistes, 5 évangélistes et baptistes. Les adventistes du septième jour, les musulmans, les juifs, les fidèles de Krisna, les évangélistes-réformateurs (calvinistes), les néoapostoliques, les témoins de Jéhovah, les disciples de l'église évangélique, de l'église Jésus-Christ et de l'église Christ ont leurs sociétés à part.

Autrefois détruit et entièrement reconstruit sur les restes du fondement, ancien l’Hôtel de ville s’élève au centre de la place de la Liberté. Minsk etait la deuxieme ville biélorusse apres Brest qui a obtenu le droit de Magdebourg , qui lui a rendu de l’authonomie et a fait de lui une communautée independante avec son propre système de jestion. Alors jadis L’Hôtel de ville abritait le magistrat, l’administration locale, et actuellement il sert de salle des réceptions solennelles de la Mairie de Minsk.

Construit pour la première fois en 1499 et détruit en 1857 sur l’ordonnance de l’empereur Nicolas I, il a été exactement reproduit en 2002-2003 d’après les dessins du début du 19 siècle. L’édifice est couronné d’une tour de 32 mètres de l’horloge à carillon et des armoires de la ville représentant l’ascension de Notre Dame.

De l’autre côté de la grande route se trouve la cathédrale catholique Sainte Vierge . La principale chose sacrée des catholiques de Minsk a été construite en 1700-1710 par l’ordre des jésuites. L’église catholique a fonctionné jusqu’à 1948 pour être transmise à la société sportive. Le temple de style baroque a ressuscité un demi-siècle après. En entrant on peut voir les stands de photos racontant le destin de la cathédrale: ou peur comparer les façades du bâtiment avant et après la restauration.

Et juste à coté de cette eglise vous voyez l’ambassade de France avec son drapeau tricolore.

Alors cette place nous a parlé des 5 siècles de l’histoire de Minsk, des édifices anciennes et de nos héros historiques.Mais nous continuons notre connaissance de la ville. Et maintenant nous allons prendre connaissance avec la période d’après-guerre de notre ville.

L’Académie de la musique et l’hotel “Europe” sont à votre gauche. On mène les travaux de restauration de cet hotel. Ce sera le premier hotel de Minsk classifié de 5 étoiles.

De l’autre coté de la route vous voyez le batiment de l’Hotel de Ville et un petit square. A l’époque quand il n’y avait pas encore ni de radio, ni de télé, c’etait l’endroit préféré des rencontres des intellectueux de Minsk. On se promenait ici, échangeait des nouvelles, se bavardait ou tout simplement se reposait sur les petits bancs.

Nous avons pris la rue de Lenine , la rue principale à Minsk d’avant Révolution.

A votre gauche et à votre droite vous voyez les maisons construits en style Stalinien . Toutes ces édifices sont erigées juste après la guerre. Ce sont plutot des immeubles d'habitation à 5 étages avec des boutiques et de differents magazins au rez-de –chaussés.

Les plaques commemoratives aux ces édifices témoignent qu’autrefois dans ces batiments vivaient les gens connus (poètes, peintres, musiciens).

Nous traversons l’avenue principale de Minsk, l’avenue de l’Independence . A votre droite c’est la Banque nationale de la République.

A droit c’est le musée des Beaux-Arts , fondé en 1939 en tant que la galerie de peinture d’Etat. On y trouve de très belles oeuvres de maîtres anciens et contemporains. Les fonds et les salles du musée rassemblent plus de 1300 pièces d’exposition. Il y a une importante collection d’oeuvres d’art biélorusse des 16-20 siècles: icônes, objets d’art appliqué, peintures, sculptures sur bois, dessins.

On peut voir des toiles de maîtres russes du 18 au début du 20 siècle. La peinture et la sculpture du Bélarus sont aussi largement représentées au musée. Les monuments ne sont pas nombreux mais ils font le témoignage des particularités nationales, du niveau professionnel. On peut y voir des icônes et des sculptures des 16-19 siècles qui décoraient jadis les églises biélorusses catholiques et orthodoxes.

A votre gauche s’etend le stade « DINAMO », le plus grand stade du Belarus,qui est destiné generalement aux compétitions sportives et peut contenir plus de 55000 personnes. Il a été construit en 1934 et puis restauré en 1980 avant les Jeux Olympiques à Moscou. Le stade abrite 8 pistes, pistes pour le volley-ball, pour le bascet-ball, pistes de tennis, les salles pour la lutte et la boxe, le tir à l’arc.

Les habitants de Minsk y viennent pour faire du sport, du jogging, de la gymnastique.

Les jours quand il n’y a pas de compétitions sportives, le stade est utilisé pour le marché aux vetements.

Tout près du stade vous voyes le haut batiment du Ministère du sport et du tourisme.

Autrefois à la place de ce stade se trouvait le cimitière des juifs.

Notre itinéraire passe le long de la rue de Kirov vers la Place de la gare du chemin de fer . De deux cotés de cette rue vous voyez aussi des immeubles construits après la guerre.

Faites attention et jetez un coup d’oeil sur deux tours placées de façon symétrique qui s’elevent devant nous. C’est la porte de la ville qui constitue une sorte d’entrée d’honneur dans la ville. Ces deux tours jouent le meme role pour nous que la Tour d’Eiffel pour les francais. C’est le symbole de notre capitale.

Elles rappellent les tours de guet qui flanquaient les portes de l’ancien Minsk. Les murs de ces tours jumelles sont ornées de moulures en forme de cartouches, d’ornements et de fleurs. Au-dessus des galeries supérieures on a mis des sculptures de soldats de l’Armée rouge, d’ouvriers et des paysans. L’un des bâtiments, à votre droite, comporte la plus grande horloge du Belarus (son diamètre est plus de (3,5 mètres). C’est un trophée centenaire pris aux nazis pendant la Grande Guerre nationale.

Alors on a debouché à la place de la gare du chemin de fer .

La formation de la place date de la fin du 19 siècle. Dans les années 90 elle a subi de grandes transformations.

Il y a seulement quelques années on a edifié ce géant-ci en béton de verre que vous voyez à gauche. C’est la gare du chemin de fer . Elle peut contenir 70 000 voyageurs à la fois, et abritent des kiosques, des bars, des bureaux de change, des jeux automatiques. Sous le dôme sont installés le restaurant « Zvezdny » et le centre du loisir familiale «la Planète des dinosaures».

Le passage souterrain le plus long de la ville est situé sous le bâtiment de la gare.

La place, elle-meme est rectangulaire: d’un côté se situent la gare des grandes lignes et celle de banlieue, la gare routière. De l’autre côté se situent des maisons d’habitation d’apres guerre.

Minsk c’est un grand reseau de transport . Il se trouve au centre de toutes les voies de transport qui traversent la République. On compte 4 gares routières, 2 aéroports, un gare du chemin de fer. Les chemins de fer traitent 30% du trafic de marchandises et 10% du trafic passager. Il y a, à l’heure actuelle, 5500 km de voies ferrées et 55000 km de routes. Le Belarus a des liaisons aériennes avec plus d’une centaine de villes situées dans la CEI ou dans d’autres pays.

Nous sommes arrivés à la Place de l’Independance . C’est un centre administratif de la ville.

L’ensemble de cette place s’est constitué dans les années 30 principalement avec la construction de la Maison du gouvernement (construit en 1930 par l’architecte Langbard).

Ce batiment présente une heureuse synthèse de l’architecture et de l’art monumental et couronné d’un drapeau et d’une armes nationaux de la République. Ce batiment c’est le siège du Parlement qui comprend deux chambres : la Chambre des Représentants et le Conseil de la République. La durée de la législation du Parlement est de 4 ans. Tout citoyen de la République ayant atteint l’age de 21 ans peut etre élu deputé de la Chambre des représentants ; ayant atteint l’age de 30 ans- peut etre membre du Conseil de la République. Le Parlement c’est l’organ representatif et législatif de la République.

Le Conseil des ministres est l’organe exécutif de l’état.

En 1991 la République du Belarus est devenue un Etat independant avec le president à la tete. Selon la Constitution de la République du Belarus le president est elu pour 5 ans sans intermediaire sur la base du suffrage universel, libre, egal, direct au scrutin secret.

Au début des années 30 le bâtiment de la Maison du gouvernement était le plus haut à Minsk. C’est par miracle que la Maison du gouvernement a demeuré intact pendant la Grande Guerre nationale.

Devant la Maison du gouvernement a été placé un monument à Lénine , le premier monument en bronwe à Minsk et l’une des plus vieilles dans l’ex-URSS. On voit Lénine prononçant un discours devant les troupes de l’Armée Rouge se rendant au front d’ouest de la guerre civile.

De plus, la place de l’Indépendance c’est une véritable cité de la science .

Juste à votre droite vous voyez le corps du bâtiment principal de l’ Université d’Etat Bielorusse .

En 1921 l’Université a accueilli ses premiers étudiants. Maintenant c’est le principal et le plus prestigieux université de notre république avec plus de 25 000 étudiants qui font leurs études au 20 facultés de l’Université.

Le corps du bâtiment principal de l’Université abrite 330 locaux, salles de cours, laboratoires, une salle des fêtes de 1000 places, une bibliothèque, quatre vastes salles de lecture, une grande salle sportive.

Plus de 25 000 étudiants font leurs études au 20 facultés de l’Université. L’université de Minsk entretient des contacts avec des 34 universités du monde.

L’université a sa maison d’édition qui imprime les ouvrages scientifiques, les étudiants ont leur société scientifique.

En face de l’université se trouve l’école supérieure pédagogique , fondé en 1931 et il porte le nom de Maxime Tank.

A côté de l’université à gauche se trouve le bâtiment de l’administration du métropolitain . La tour massive de hauteur de 50 m est couronnée par la girouette sous forme de l’aurochs.

La première ligne du métro a été mise en exploitation en 1984.

Le métro de Minsk n’est pas si profond que celui de Moscou (2-5 mètres de profondeur). Les difficultés de la construction ont été provoqué par les conditions hydrogéologiques assez difficiles: le sol sableux, le niveau des eaux souterrains, la roche erratique de l’époque du glacier etc.

Mais il est tres propre, comfortable et simple.

Il y a 2 lignes avec 22 stations.

A côté de la Maison du gouvernement se trouve l’ancienne église catholique néo-gothique construite en 1905-1910 (les architectes V. Markoni et G. Poiaderskii). Très souvent on appelle cette église catholique l’église rouge.

La construction de cette église a été excitée par un des plus gros propriétaires fonciers de la région de Minsk, à la mémoire de ses enfants morts jeunes. Sa famille a perdu ses enfants: d’abord le fils Simon qui avait 12 ans et dans quelques années la fille Hélène de 19 ans. Pour immortaliser leurs enfants la famille a sacrifié toute sa fortune pour la construction de l’église à Minsk en spécifiant que cette église doit porter les prénoms de St. Siméon et Hélène.La grande tour de l’église est le symbole du chagrin des parents, les deux autres sont apparues en mémoire de deux enfants qui décédés prématurément.

Au dessus de l’entrée principale sur le fronton de l’église on voit les armes de la ville de Minsk :la Sainte Vierge de Minsk, entourée des anges. Devant l’entrée principale - la sculpture en bronze de l’archange Saint Mikhail, archange nommé le protecteur céleste du pays.

Les autres bâtiments entourant la place ont été construits au début du XX siècle au style moderne.

A votre gauche vous voyez la Mairie de Minsk.

Notre République est divisée en 6 districts administratifs et économiques chacun ayant un système de production original et gravitant autour d’une ville qui joue le role de marché, de centre de services, de transformations des produits.

Minsk est le chef-lieu de district de Minsk. C’est le district le plus peuplé.

Il y a quelques années on a construit à cette place le centre commercial souterrain et récréatif avec le parking et la zone piétonne avec les jets d’eau, les sculptures, les gazons, et les parterres.

Notre car passe le long de l’avenue Nezavisimosti (autrefois l’avenue de l’Indépendance). C’est une artère principale de la ville, la plus longue et la plus belle. Sa longueur est 25 km environ pour une largeur allant de 48 à 70 m et plus.

L’avenue se commence par l’édifice somptueux de la Poste centrale ( le service de PTT) à votre droite et l’hôtel « Minsk » à votre gauche. A la poste centrale on rend non seulement des services postaux mais on fait encore une mini excursion à travers tout le Belarus: une salle en rotonde est décorée de 15 vitraux consacrés aux monuments de l’architecture biélorusse des 11-18 siècles.

Presque tous les bâtiments de l’avenue ont été construits dans le style Stalinien dans les annees 50-s. Aujourd’hui au rez-de chaussees de tous ces batiments vous voyez de nombreuses magazins de souvenirs (Paulinka, GOUM, Lakomka ) ou vous pouvez acheter qch symbolisant notre République. Ce sont les articles en paille, en argile, en lin.

Le peuple belarusse est reputé comme le maitre dans l’art de la ciselure en bois, dans l’art du filage.

De deux cotés de l’avenue il y a des librairies ou on peut acheter les livres de nos écrivains modernes et anciens, des cartes postales, des calendriers, des cartes de Minsk.

A gauche on voit l’entrée du grand magasin GOUM . Après son ouverture en 1951 il est devenu pour les habitants de Minsk d’après-guerre non seulement un magasin mais un vrai musée, un temple de commerce. Un parquet, de grands miroirs, des lustres merveilleux, des comptoirs en bois précieux – tout créait une ambiance de fête.

En face du GOUM vous voyez encore une fois la Banque nationale de la République Bélarus .

L’avenue est flanquée de plusieurs resautarants ou vous pouvez vous dejeuner er bien passer le temps aux prix modérés.

Nous traversons la place Oktiabrskaya , la place centrale de Minsk.

Au centre de la place se trouve la plus petite curiosité qui représente un signe du kilomètres zéro – le commencement des chemins biélorusses – mis sur l’axe central de la place. C’est à partir de ce point qu’on compte toutes les distances dans la République.

L’architecture de la place Oktiabrskaya est dominée par le Palais de la République dont la construction s’est completement finie en 2001. La surface de ce géant est 13 héctares et l’hauteur – 45m.

Le Palais s’enracine sur cinq étages souterrains. Il peut contenir 4000 personnes ce qui permet d’organiser dans ses salles des congrès ; des réunions solennelles, des galas, des conferences internationales, des entretines d’affaires, des expositions.

A droite du Palais on peut voir le Musée d’histoire de la Grande Guerre Nationale . C’est un musee unique au monde qui posssede un tel nombre des materiaux sur l’histoire de la GGN.

Il etait inauguré le 7 novembre 1944, tandis que la guerre n’a pas été encore finie.

Le musée abrite 30 salles d’expositions et 80000 de pièces uniques : une vaste collection des documents, des photos, des armes etc. On y trouve la maquette du camp de concentration Maly Trostenec, le 3-ième en Europe selon ses dimensions. De nombreux matériaux racontent le caractère international du mouvement des partisans en Belarus, témoignent de la participation des citoyens des autres pays européens contre les occupants hitlériens.

C’est vraiment un des plus riches musées du pays quant au nombre et à la diversité des documents de la dernière guerre.

L’accès est toujours libre à la cour intérieure où sont exposés en plein air des modèles du matériel de combat soviétique de la Grande Guerre nationale.

Tout près du musée se trouve le Palais des Syndicats qui abrite une salle de conférences, un dancing, un cinéma, des bibliothèques. Au Palais fonctionnent plusieurs clubs des artistes amateurs (pour enfants et personnes adultes).

A droite ce sont la Maison des officiers construit en 1934 ( l’architecte Langbard). et l’ancien musée d’architecture et d’église , fait en pierre mais selon les traditions d’architecture de bois. C’est l’ancien musée d’architecture et d’église, bâti en 1913 en l‘honneur de 300-ième anniversaire de la dynastie des tsars russes Romanov.

Maintenant nous nous approchons vers le parc du poète national biélorusse Yanka Koupala.

A droit vous voyez le Cirque . Il a été construit en 1959. C’etait le plus grand et le plus beau cirque dans l’ex-URSS à cette époque. Il est prevu pour 1700 places, la surface du manège est 13m.

Alors nous nous trouvons dans le parc Yanka Koupala, célèbre poète biélorusse. C’est une magnifique éspace verte consacrée à notre héro national.

Devant nous s’élève le statut de notre célèbre poète Yanka Koupala.

Qui est Koupala?

Tout d’abord il est un sommet de la toute poésie biélarusse. Et ce n’est pas seulement parce qu’il avait un don extraordinaire pour la poésie, c’est plutot parce qu’il était toujours avec le peuple, parce qu’il a exprimé le plus profondement l’esprit, le caractère, les espoirs de ce peuple, parce qu’il était lui-meme la partie de ce peuple, et parce qu'il a consacré tout son génie à ce peuple.

Le nom de Koupala est devenu le symbole de notre pays.

Yanka Koupala est venu dans la littérature au cours de l’année de 1905, a l’epoque de la 1-iere Revolution Russee, juste au moment dramatique quand le peuple biélorusse s’est levé dans son premier combat contre le tsarisme. A ce temps la nation bielorusse etait supprimee, la langue biélorusse etait interdite, mais Koupala n’avait peur de rien et continuait à ecrire ses vers en langue bielarusse. Et ce le Koupala qui est un vrai fondateur de la langue bielorusse contemporaine.

(citer un de ses vers, ex. “А хто там ідзе?”)

Ces vers n’exprimaient pas seulement les idées et les sentiments du jeune poète. C’était le peuple qui parlait, ce peuple qui pendant des siècles n’avait pas eu le droit de se plaindre, auquel on avait défendu de parler, et qui, enfin, avait reçu la parole et s’adressait à ses ennemis, à ses oprresseurs. Dans l’oeuvre du poète on trouve une grande responsabilité envers les générations futures, c’est au nom de l’avenir qu’il écrivait, et, cet avenir, il le voyait libre et heureux.

Et c’est à l’occasion du 90-ième anniversaire de la naissance du poète, en 1972, qu’on a inauguré ce monument. Au centre d’une petite place sur un bloc de granit se tient Koupala. Il regarde au loin. A ses pieds coule une source et une fleure de fougère fleurit près de l’eau: selon les croyances populaires ce qui verra cette fleur connaitra le bonheur. Chaque annee, au mois du juillet, tous les jeunes se rendaient au foret pour chercher cette fleur. Mais en realité cette fleur n’existe pas. C’est seulement une légende romantique qui nous temoigne qu’au cours des siecles notre peuple cherchait le bonheur et voulait etre libre et heureux.

Devant nous le fontaine qui jaillit en forme de couronne. De gracieuse jeunes filles jettent des couronnes dans l’eau. Cette gracieuse composition est illustrative d’une fête slave ancienne qui voulait qu’à la nuit de Saint-Jean les jeunes aillent jeter des couronnes de fleurs dans l’eau dans l’espoir de trouver le bohneur. Si deux couronnes s’unissent, la jeune fille se mariera cette annee, si non – il faut tenter l’annee suivante.

Koupala a prit son pseudonim de cette fete puisqu’il est né juste ce jour-là, le 7 juillet.

Au fond du parc se trouve le musée littéraire du poéte Yanka Koupala. Il a été fondé, grace aux efforts de sa femme, à l’emplacement de la maison en bois incendiée pendant la guerre où, de 1921 à 1941, a vecu et travaille Koupala. Les fonds du musée abritent les pièces d’exposition liées à la vie, aux activités de Yanka Koupala.

La vie de Koupala s’est finie à Moscou ou il faisait ses études, C’etait la fin tragique. Koupala n’a jamais caché son haine envers tous les opresseurs de son peuple et donc, pendant ses études à Moscou il etait jeté de l’escalier par un inconnu. On crois que c’etait un assasinat intentionnel.

Mais il nous a laissé un heritage inapprecié : ses vers, ses poèmes, ses pièces théatrales. Mais tout d’abord il a fait revivre notre langue nationale, langue biélorusse .

On crois que c’est la deuxième langue au monde (apres l’italien) d’après sa mélodie. Vraiment c’est une langue tres belle et magnifique.

La langue biélorusse est issue du rameau slave des langues indo-européennes. Elle se trouve dans le meme groupe avec la langue russe et la langue ukranienne. On peut comparer les relations entre ces trois langues commes les relations entre le francais, l’espagnol et l’italien. Ce n’est pas le dialècte ! C’est une langue à part qui se distingue par sa douceur, harmonie et mélodie.

Ex. дзень добры – добрый день - bonjour;

калі ласка – пожалуйста – s’il vous plait;

дзякуй – спасибо – merci.

Il y a beucoup de mots d’origine latine qui sont pareils aux mots francais: адукацыя ( education), універсітэт ( universite), тэатр ( theatre) etc.

La langue biélarusse c’est une langue d’état. On publie des livres, des journaux en belarus, on tourne des films en langue biélarusse, on mit en scène les spectacles biélorusses.

C’est une langue des intellectueux de la République.

Donc, vous voyez l’importance de la figure de Yanka Koupala dans la formation de la nation biélorusse.

A Minsk il y a beacoup d’endroits qui porte son nom: le parc, le théatre et meme la rue le long de laquelle passe notre car porte le nom de Koupala.

Maintenant à votre gauche, derrière les arbres, vous pouvez distinguer le Grand théatre national de l’Opera et du ballet .

Ce théatre tient une place importante dans l’art du pays. Il est très connu par sa troupe de ballet qui donne ses représentations à l’étranger avec un grand succès. Ce théatre possède de beaux décor, un riche repertoire ( essentiellement classique) et un orchestre professionnel. Depuis 60 ans de son existence le Ballet de Minsk est devenu l’un des meilleurs en ex-URSS et sa réputation dans les pays occidentaux ne cède qu’a Bolchoi. On y montre “La Aide” de Verdi, “Roméo et Juliette” de Prokofiev, “Madame Butterfly” de Puccini, “Carmen” de Bizet, “Le lac de cygnes” de Tchaikovski.

Construit en 1938 ( l’architecte Langbard), il est prevu pour 1200 places.

Il a demeuré intact pendant les bombardements du début de la GGN. Après la guerre plus de 200 mines ont été désamorcés par les sapeurs aux alentours du théatre.

Pendant la guerre le théatre etait transformé en camp pour les prisonniers.

Le théatre a de nouveau ouvert ses portes en 1948.

Actuellement on mène ici les travaux de restauration. On veut lui rendre son aspect primaire ( selon le projet de Langbard), parce que le batiment a été reduit presque en deux.

Le bâtiment du théâtre se dresse au centre de la place de la Commune de Paris . Autrefois cette place se nommait la place de la Trinité.

(Culture)

Les biélarusses c’est une nation tres ciltivée. Nous avons 12 théatres à Minsk: le Th. dramatique biélorusse Janka Koupala ou l’on donne des drames folkloriques, des tragédies, des pastorals; le Th. dramatique russe qui monte des pièces classiques de Thekov, de Tolstoi, de Dostoevski, de Lermontov, de Chekspir; le Th. de la Comédie musicale ou l’on montre des spectacles misicaux classiques et modernes; le Th. De marionettes qui propose au public des spectacles dans la matinée et Durant la journée, le Th. du jeune spectateur etc.

Minsk a toujours été le centre culturel du Bélarus. En 1846 l'acteur Verjbitski a fondé la première troupe artistique qui était à l'origine du premier théâtre de Minsk. Le premier bâtiment théâtral se trouvait sur la place de la Cathédrale dans la maison du gentillhomme polonais Jean Boïkov. En 1847-1851 les spectacles étaient mis en scène au théâtre de l'Hôtel de Ville. En 1864-1877 les troupes théâtrales, présentaient leurs spectacles dans le bâtiment des assemblées de la noblesse polonaise. Le 9 septembre 1890 on a inauguré le bâtiment construit spécialement pour le théâtre de la ville. C'est ici que se trouve maintenant le plus ancien théâtre du Bélarus, le Théâtre académique d'Etat Yanka Koupala.

La culture musicale bélarusse remonte dans la nuit des temps. Aujourd'hui à Minsk il y a plusieurs salles de concerts dont la plus réputée est la Grande salle de la Philharmonie d'Etat bélarusse. On donne aussi des concerts de la musique d'orgue et de la musique de chambre dans l'église catholique Saint-Roch, restaurée il y a quelques années.

Maintenant à votre gauche: la maison des marriages, le centre de la télevison.

A droite: la maison-musée du premier congré de la Partie Sociale Démocrate de la Russie.

Nous sommes venus à La place de la Victoire qui va nous parler de l’histoire de la GGN.

Cette place est une suite logique à l’exposition du Musée d’histoire de la Grande Guerre Nationale. C’est la plus solennelle place de Minsk.

Au centre de la place se dresse le monument obélisque «Victoire aux combattants nationaux » qui est surmonté d’un Ordre de la Victoire exécuté en verre coloré. L’hauteur de cet obélisque est 38 mètres. Il a été inauguré le 3 juillet 1954, c’est-à-dire 10 ans après la libération de la capitale biélorusse des hitlériens. Maintenant il est devenu un des symboles de notre capitale.

Le monument est orné de quatre hauts-reliefs en bronze: « Le commencement de la guerre », « La fin de la guerre», «Gloire aux héros peris», « Les partisans de Belarus ».

Quatre couronnes en bronze symbolisent quatre fronts qui défendaient notre République.

Au pied du monument vous voyes la flamme étérnelle. Tous les week-ends et tous les jours feriés on peut voir ici la garde d’honneur. Ce sont les meilleurs écoliers de Minsk.

Chaque année le 3 juillet, jour de la libération de Minsk, les habitants de la ville viennent rendre hommage aux héros et déposer des fleurs au pied du monument.

Le côté nord est cerné par deux immeubles en demi-cercle. Les murs de ces bâtiments portent des capsules de cendres venant des villes-héros.

Le Belarus était une des premières république de l’ex URSS à éprouver le coup des troupes hitlériennes qui attaquaient l’URSS. Des dizaines de divisions du groupe d’armées allemandes « Centre » marchaient sur le territoire de notre république. Les unités de l’Armé Rouge défendaient héroïquement chaque pouce de la terre.

Des batailles sanglantes ont eu lieu sur tout le territoire du Bélarus. Il était impossible de ne pas prendre les armes. Le patriotisme soviétique et la fierté des êtres humains nous poussaient à nous lancer contre ceux qui avaient transformé le pays en camp de concentration. Travaux forcés, pillages, extermination d’un peuple pacifique, prisons, camps de la mort... Comme vous voyez, la guerre a éprouvé terriblement la terre biélorusse.

Les soldats sur le front, les partisans sur le territoire occupe, les paysans et les ouvriers a l’arriere se sont couvert de gloire, ils ont fait preuve d’un immense heroisme. Les exploits sont innombrables.

Les envahisseurs hitlériens avaient détruit 209 villes et 9200 villages, 619 villages avaient connu le sort de Khatyn qui avait été brûlé avec ses habitants. Environ trois millions de personnes étaient restées sans abri. Le peuple biélorusse avait perdu plus de la moitié de la richesse nationale. Notre peuple a perdu 2 millions de vies. Un habitant sur quatre a éte tué.

La GGN a été la plus terrible de toutes les guerres jamais connues par l’humanité. C’est au cours de cette guerre que s’est decidé le sort de toute l’humanité.

Alors, nous avons pris la connaissance avec la période de guerre de notre capitale. Vous avez vu toute la terreur que notre peuple avait héroiquement subi, toutes les soufrances et en meme temps le courage et le patriotisme de notre peuple dans les plusieurs combats contre le régime hitlérien.

Nous continuons notre voyage le long de l’avenue de l’Independence qui traverse la ville depuis la Maison du Gouvernement jusqu’à la chaussée de Moscou. L’avenue réuni 5 places principales de la ville. Nous en avons déjà vu trois, et maintenant nous nous approchons vers la quatrième place – la place de Yakoub Kolas.

La figure de Kolas est aussi très importante comme celle de Yanka Koupala. Kolas etait un proche ami de Koupala. C’est notre second héros national. Paysanne d’origine, Kolas a reussit par sa poésie à décrire la tristesse et l’amour de la nature d’une paysannerie soumise à des siècles de servage et d’opression.

Autrefois à cet endroit se trouvait l’étang aux moustiques, et maintenant la place Yakoub Kolas est considérée la deuxième d'après ses dimensions et peut-être la plus belle.

La partie centrale de la place est occupée par le monument a Yakoub Kolas (1972, le sculpteur Zair Azgour). Le poète est assis sur une pierre. A côté de lui se trouvent les sculptures des héros de ses œuvres.

De petits jets d'eau tout autour rappellent un épi de blé. La composition sculptée est disposé sur un fond de bouleaux et de saules pleureurs évocateurs de la nature biélorusse.

Parmi les édifices qui constituent l'ensemble architectural de la place on remarque à droite l'édifice monumental de la philarmonie (salle de concerts) destinée pour 1000 places. D'éminents d'orchestre, solistes, ensembles musicaux se produisent dans cette salle.

A votre gauche l'édifice à six colonnes représente l'école supérieure de culture physique. Aujourd'hui, dans ce bâtiment se trouve le centre sportif olympique . Des dizaines de champions de la République sont sortis des murs de cet établissement qui a formé un bon nombre d'excellents entraineurs.

Comme vous voyez les deux cotés de l’avenue sont bordés de petits magazins, des cafés, des internet-cafés pour les étudiants.

Dans la rue vous voyez un grand nombre des étudiants. C’est juste à cet endroit commence le second centre de la science biélorusse après la cité universitaire - l'Université Nationale Technique . Ses corps de couleur verte vous voyez à votre gauche. La cité comprend le corp principal, les internats pour les étudiants, le terrain sportif. Plus de 20 000 étudiants fréquentent cette académie. Les anciens élèves de cet établissement travaillent pratiquement dans toutes les entréprises de la République.

En face de l'Université Nationale Technique se situe la 1-ier Hôpital clinique de la ville qui constituent une veritable cité.

C’est le plus vieux établissement medical à Minsk. L'hôpital a été construit en 1931. A partir de ce temps ces corps se sont beaucoup changés. On a construit un grand centre de chirurgie infantile, un Institut de recyclage de médecins. Les meilleures conditions sont assurées tant aux maladies qu'au corps medical.

Tout près de l'hôpital, à votre gauche, se trouve l'Académie des Sciences de la République du BéIarus . Le bâtiment central de l'Académie a été construit en 1939 (l'architécte G.Langbard).

Lors du temps d'occupation dans le bâtiment de l'Académie se trouvait le camp de concentration pour des prisonniers de guerre. Le bâtiment a été reconstruit en 1949.

Aujourd'hui l'Académie comprend 65 instituts, sections et centres qui s'occupent des recherches scientifiques.

En 1997 l'Académie a reçu le titre Nationale.

Cette partie de l’avenue est reservée au grand nombre des petits restaurants et pizzerias.

Autrefois les limites de la ville se passaient ici. Mais Minsk a rapidement grandi et a depassé ses limites.

Nous passons la place Kalinine .

Kalinine était le premier Président du Conseil des ministres de l'ex-URSS. Vous voyez le monument à Kalinine à votre droite.

La place est surtout bordée de maisons d'habitation à 5 étages.

A droite, c’est les colonnades de l'entrée principale du Jardin botanique .

Notre jardin botanique occupe le territoire de 96 hectares, on peut y voire plus de 3000 éspèces végétales des différents coins du monde.

A côté du jardin botanique on peut voir le parc naturel qui est destiné pour le repos des habitants de ce quartier.

(Protection de l’environnement)

Vous voyez que notre capitale est tres riche en éspaces vertes.

Dans notre pays la protection de l’envoronnement est une affaire capitale prise en charge par l’état. Les animaux des forets, des pièces d’eau et la terre elle-meme sont placés sous la protection de lois spéciales. L’Etat investit des moyens énormes pour la sauvegarde de l’environnement.

La defense du monde animal et végétal est une des nombreuses formes de sauvegarde de l’environnement. Les services de protection de la nature se sont enrichis d’un nouvel auxiliaire qui a fait son apparition ces dernières années. Il s’agit du Livre rouge ( livre des animaux et des végétaux rares menacés de disparition) qui est destiné à proteger les animaux et les plantes rares de disparition tels que par exemple le heron blanc, la cigogne blanche, l’aurochs, le loup rouge, le cerf etc.

Ce livre est indispensable en premier lieu au personnel qui travaille dans les parcs des réserves qui sont des laboratoires de la nature vivante. Notre république compte environ 5 réserves et parcs nationaux ou la nature reste à l’etat sauvage (les réserves Belovejskaia, Nalibockaia, Beresinski). Dans ces réserves il est interdit de chasser, de pecher, de cueillir des plantes.

Apres la catastrophe au Chernobyl la situation écologique dans notre pays est tres compliquée. En B. il y a des régions ou le niveau de la radioactivité est plus élevé que dans les autres régions. Ce sont les régions de Gomel, de Braguine, de Khoiniki.

Ce sont des nuages des poussière radioactive qui peuvent retomber partout. Elles empoisonnent la terre, des eaux, des plantes dont se nourissent les animaux et arrivent jusqu’à l’homme quand il mange des fruits et des légumes, de la viande ou boit du lait.

Voila pourquoi notre état est tres preoccupé d’ameliorer les conditions pour les habitants de Minsk en augmentant le nombre des éspaces vertes.

A coté droite de l’avenue se trouve le Chemin de fer pour enfants .

On l’a construit pour les jeunes citoyens. Il comprend tous les services nécessaires et il est installé plus de quatre kilomètres de voies. Le chemin de fer est desservi par des écoliers. Ils sont agents de conduite, aiguilleurs, agents d'accompagnement et contrôleurs.

A droite: Studio Belarusfilm, Observatoire, gare routière ( qui peut vous amener vers Moscou).

Devant vous - la Bibliothèque Nationale . Elle a été construite en 2005, selon le projet de l'architecte Kramarenko V..

Le bâtiment se représente un grand diamante qui symbolize les connaissances de l'homme. A la hauteur de 72 mètres, il y a un terrain d'observation d'où on peut voir le panorama de la ville.

A chaque étage de la bibliothèque il y a une salle de lecture pour 2000 places. La bibliothèque est prevue pour 14 millions de livres.

A côté de la bibliothèque on est en train de construire le parc des hautes technologies. Devant le bâtiment de la bibliothèque on voit le monument à Frantsisk Skoryna, un homme illustre de notre république, le fondateur de la première imprimerie biélorusse.

Maintenant à votre droite vous voyez une des plusieures cités résidentielles de Minsk –"Vostok" (“l’Est”). A gauche des immeubles d'habitations sur les murs desquels on peut voir la mosaique avec les episodes de l'histoire du Bélarus.

Dans les années 60 il y avait une tendance de quitter le village pour la ville. A ce temp-là on a commencé à ériger à Minsk les quartiers dortoirs avec des immeubles aux plusieurs étages ( une sorte de HLM). Les appartements dans ces immeubles possèdent toutes les conditions modernes et sont assez chers ( à peu près de 2000 dollars pour 1m carré).

A partir des années 50, Minsk a commencé à s'étendre. De plusieurs ensembles résidentiels ont surgi à la périphérie de la ville.

Et on continue à les construire jusqu’aujourd’hui. Le principe essentiel est la diversité. Les nouveaux ensembles résidentiels occupent des territories considérables, à l'écart des grands axes animées. Les immeubles se dressent en pleine verdure, ils constituent des unités d'habitation pittoresques. Les centres commerciaux, les écoles, les crèches et les jardin d'enfants, les cinemas, divers services et ateliers sont à proximité, ainsi que les éspaces verts qui font des zones de repos.

D'ordinaire, un ensemble résidentiel occupe une supérficie de 20 à 40 hectars et est prévu pour 15 000 à 50 000 habitants.

Le gouvernement biélorusse prête une attention particulière à l'aménagement du terrain et d'éspaces verts. Durant cette période, la superficie des zones vertes a doublé et elle constitue actuellement 10 m2 par habitant.

La capitale du Bélarus continue de croitre. Les rues de Minsk, larges et droites, sont commodes pour la circulation des transports urbains et des voitures.

A votre droite - l’Academie nationale agricole .

(Enseignement)

L’enseignement est une des priorités principales de notre République. Le niveau d'instruction de la population biéarusse est assez élevé. Environ 25% de la population font leurs études.

L'enseignement général inclue:

une école primaire (4 années d'études);

une école secondaire incomplete (5 années d'études);

une école secondaire complete (8 années d'études).

Aujourd’hui tout le système d’enseignement et d’education de la république vit un période de transformation afin de créer une école nationale indépendante et qualitativement toute neuve. La fondation d’une telle école prévoit la continuité de tous les échelons d’enseignement et d’éducation: éducation pré-scolaire, enseignement secondaire, enseignement professionnel et technique, enseignement secondaire spécial, école supérieure.

La scolarité obligatoire commence à l’age de 6 ans et dure 12 ans.

L'enseignement secondaire est obligatoire et gratuit.

Des gymnases, des lycés et des colleges font partie des écoles d'enseignement secondaire.

En République fonctionnent 4317 établissements d'enseignement secondaire, 231 établissements d'enseignement professionnel, 140 établissements d'enseignement secondaire specialisé d'état et 10 établissements d'enseignement secondaire spécialisé privé, 43 écoles supérieures d'état et 10 écoles supérieures privées. L'enseignement secondaire est donné en langues russe et biélorusse.

Tous les établissements d’enseignement secondaire ouvrent l’accès à l’enseignement supérieur.

Pour être admis dans un établissement d'enseignement secondaire spécial ou supérieur d'Etat il faut réussir aux examens. Les études sont alors gratuites.

Il y a 15 établissements d’Etat d’enseignement supérieur dans lesquels sont unis avec succès le processus d’enseignement, la science et la production (Université d’Etat biélorusse, Institut des langues étrangères,Université nationale technique etc).

Les derniers temps la ville voit l’apparition des établisssement d’enseignement alternatif non- étatiques ( Institut des connaissances modernes, Institut biélorusse de droit, Institut de la direction).

Minsk est une ville ancienne et en meme temps jeune. Son système de l’enseignement de Minsk répond aux perspectives du développement de l’économie nationale de la science et de la culture, au progrèes économique, il couvre les besoins de la République en spécialistes de haute qualification.

A votre droite : - l’usine des montres « Lutch » - très connu dans notre République et dans le monde entier.

A droite dans l'édifice de couleur rose, on voit l'Académie des beaux arts , fondée tout de suite après la guerre. Cette Academie prépare des spécialistes en domaine du cinéma, du théatre.

A côté de l’Academie se trouve la Maison de la presse . C'est là que sont les comités de rédaction des principaux journaux et revues du Bélarus.

Tout pres du bâtiment de la Maison de la presse vous voyez le cinéma «Oktiabr» (Octobre). C'est justement ici on organize chaque automne le festival cinématographique «Listopad».

Le cité des étudiants de l’Université Nationale Technique se dresse de nouveau à votre droite.

Nous sommes revenus à la place de Yakoub Kolas.

Nous entrons dans le quartier de commerce de Minsk. A votre droite, vous pouvez remarquer des centres de commerce. Les premiers centres y ont apparut dans les années 90 après la chute de URSS. Dans ces centres vous trouverez une vaste gamme des articles différents sauf les produits alimentaires.

Au centre de cette éspace commerciale se trouve le marché kolkhozien . La surface du marché est 20 milles km carrés et il abrite environ 2,5 milles places. Le secteur privé est representé par plus de 4 milles des entrepreneurs.

Les entrepreneurs y paient la place et vendent la production de leur ménage: du lait, du beurre, de la viande, des fruits et des légumes.

Il faut avoir les certificats des vétérinaries, toute la production doit passer le controle de la radioactivité.

La place devant le marché est ornée d’une fontaine magnifique et des sculptures érigées en 2002.

Nous passons par le quartier poste-sovietique de Minsk.

Devant vous s’élève l’usine des téléviseurs “Gorizont” . La production de cette usine est tres populaire et connue meme dehors la République. L’ensemble de cette usine comprend pas seulement le corps de l’usine mais aussi la bibliothèque, le centre sportif, la piscine. Cet éspace culturel et recréatif est destiné aux ouvriers de l’usine et à ses familles.

(Industrie)

Le Belarus est un pays industriel. Les branches principales de l’industrie sont: construction mécanique, mécanique de précision, traitement de bois, industries chimique, légère et alimentaire. Parmi les entreprises les plus connues on peut citer: l’usine des tracteurs de Minsk, l’association industrielle de la production des refrigérateurs “Atlant”, l’association industrielle de la production des postes de télé “Gorizont”, l’association belarusse de la production des camions “Belavtomaz”.

La production industrielle représente aujourd’hui plus de 60% de la production sociale globale et 40% du revenue national brut.

Le pays produit un grand nombre d’articles differents exportés dans une centaine de pays. Les branches d’activité principales sont: le raffinage du pétrole, la construction de camions et de machines agricoles, l’industrie du bois, du meuble et du papier.

Dans tous ces domains B. occupe une place importante, surtout au sein de l’ex-URSS.

L’essor de la production industrielle a favorisé l’urbanisation accélerée du pays et la formation d’un tissu social moderne. Au debut du 20 siècle Minsk comptait à peine 90 000 habitants. Aujourd’hui il en compte environ 2 millions.

A l’heure actuelle 64% de la population biélorusse habite dans les villes.

Nous revenons au centre historique de Minsk.

A droite vous voyez de nouveau le Grand Théatre de l’Opera et du Ballet et à gauche le parc de Yanka Koupala.

A gauche: la salle d’exposition et le marché des livres.

Le faubourg de Sainte Trinité.

Le quartier de la Sainte Trinité est le centre historique de la ville.

Autrefois c’etait le plus grand quartier de Minsk. Selon les fouilles archéologiques les premiers batiments ont y apparut en 12 siècle. Jusqu’au 19 siecle le quartier guardait son aspect médiéval. La population du quartier se constituait principalement des artisans, des marchands, des paysans. Mais lors des événements des siècles suivantes le faubourd s’est bien changé. Aujourd’hui nous pouvons y voir seulement quelques exemples intéressants de l’architecture du temps passé.

Maintenant les petites maisons du fauborg de la Trinité couvertes de tuile ont l'air des jouets. L'atmosphère légère féerique laisse place au sentiment de fête et de gaité qui est tout le temps ici.

Pourtant, on peut facilement expliquer ce fait: le vieux faubourg de Minsk est connu par ses tavernes, où on peut boire, à partir du XIII siècle. Et aujourd'hui dans ce quartier se trouvent de nombreaux cafés, petits bars, restaurants, expositions. Ce quartier est un des endroits de detente préféré des habitants de Minsk.

Au faubourg de la Trinité on découvre facilement la galerie de souvenirs biélorusses, la Maison de la nature où on organize des expositions zoologiques et une pharmacie dans le style du XIX siècle.

Ici se trouve le musée Maxim Bogdanovitch, poète biélorusse, un des fondateurs de la littérature biélorusse moderne ( comme Yanka Koupala et Yakoub Kolas) qui offre une collection unique d'incunables, les archives de Vassil Bykov et d'autres classiques nationaux.

l'Ile des larmes

On y accède par un pont bossu, où est situé le monument commemorative qui s'appelle "Aux fils de la Patrie qui sont morts en dehors de nos frontiers". C’est une plaque commemorative pour tous les soldats qui ont peri au cours de la guerre d’Afganistan.

Cette guerre est une page triste de notre histoire. Elle a été commencé par Brezniev et finie par Gorbathev. Plus de 15000 de bielorusses sont péris.

Dans le centre de l'Ile se trouve la petite chapelle , destinee à toutes les mères qui ont perdu leurs fils lors de cette guerre.

Cette guerre a provoqué plusieurs problèmes d’ordre sociale.

Tout d’abord c’est le grand nombre d’handicapés qui sont rentrés dans leurs Patrie et qui ont besoin de l’aide medicale et psychique. Dans ce but on a crée l’ Association des mères, et l’Association des soldats qui aident tous les soldats à trouver du travail, à acheter des medicaments etc. Le plupart de ces gens ont besoin d’aide permanente du psychiatre.

Maintenant tous les sortants de l’école et tous les nouveaux-mariés y viennent pour se receuillir devant tous ceux qui ont péris.

Il y a une tradition ches les nouveaux-mariés de toucher cet ange en chair qui pleure: on croit qu'après cette cérémonie la guerre ne viendra jamais dans la maison de leur futur enfant.

Alors l’ensemble de cette ile symbolize la douleur de notre people et la protestation contre toutes les guerres du monde.

Mais l’ile nous offre aussi une très belle panorama de la ville. (Haute Ville, forteresse, rivière).

Nous entrons dans l’un des plus anciens quartiers de Minsk nommé parfois par les Minscois Perespa . Perespa, c’etait le nom de la petite rivière qu’y coulait autrefois. Selon la légende dans ce quartier habitait le géant meunier Mieniesk, avec le nom duquel on associe parfois le nom de Minsk. On crois que chaque année, la nuit de Saint-Jean le cheval de Mieniesk apparait sur la place de Haute Ville dans l’espoit de retrouver son fer perdu.

Mais pour la plupart des habitants de Minsk ce quartier est connu comme Storozovka . Jusqu’à 19 siècle à cet endroit se trouvait le poste de guetteur à la sortie de ville vers Vilnus.

Ici en 19 siècle (1847) on a érigé l’église de Sainte Marie Magdalène . Cette église nous représente un exemple de l’architécture religieuse russe avec ses verts coupoles d’oignon.

C’est une première église restaurée à Minsk après le long période d’exploitation de tous les batiments religieux sous les depots.

Nous traversons Svisloth, l’artère fluviale principale à Minsk. A gauche et à droite le parc de la Victoire s’étend.

Ce parc représente la zone préferée des habitants de la ville pour le repos et l’amusement.

Toutes les manifestations et les plus solennelles événements sociaux ont lieu ici.

Près de l’entrée on voit le monument-obélisque « Minsk- la ville-héros » (1985, le sculpteur V. Zankovitch, les architectes - V. Kramarenko, V.Evseev, V.Romanenko), érigé pour immortaliser les héros de la guerre, pour perpetuer la victoire du peuple biélarusse. Ce monument est devenu le centre de composition de l’avenue Pobeditelej ou nous allons deboucher.

Notre car a pris l’avenue Pobediteley ( l’avenue présidentielle) par laquelle le cortège présidentiel rend notre président à son siege.

Cette avenue s’étend sur 9km.

De deux cotés de l’avenue vous allez voir de plusieurs édifices modernes plutot de l’ordre sportif.

A votre droite, au fond du parc, vous remarquez le lac Komsomolskoye – le reservoir artificiel, fondé sur la base du volontariat.

On voulait l’inaugurer juste le 22 juine 1941, le jour du commencement de la GGN.

Actuellement, le lac est devenu l’endroit préferé de repos de tous les habitants de Minsk.

Sa surface est 0,42 km carres, la profondeur moyenne – 1,9m (max. 4,5).

Derrière le parc vous voyez le batiment en forme de fleur avec 5 pétales – la salle d’exposition nationale BelExpo .

On y organise les grandes expositions à l’échelle nationale.

Devant le batiment se dresse le monument à Mercure (Dieu du commerce et patron des voyageurs).

Tout près de la salle d’expostion vous voyez les attractions du centre du loisir Dream Land .

Le centre a été construit selon le design italien en 2003. C’est le premier parc en RB qui correspond à ceux de l’Europe ( Disney Land).

A coté du Dream Land – le stade de foot , inauguré en 2003 ( l’architécte V.Roucky).

Le stade répond à toutes les exigences modernes. Il abrite la piste d’entrainement, est couverte du gazon artificiel et est destiné principalement aux les entrainement des sportifs. Le piste peut se transformer et etre utilisé comme une piste pour differentes compétitions sportives.

En 2004 la coupe Devis ( entre le Belarus, la Russie et l’Argentine) s’est passé ici.

Pres du stade se trouvent les pistes pour les ski-roulants ( longueur – 5km) et le club de foot « Smiena ». Le club prépare des joueurs de foot qui sont connus par les amateurs de ce genre du sport.

Sur le coté droite de l’avenue vous voyez l’église orthodoxe dont la consecration a eu lieu en 1997. Près de l’église coule la source curative . L’eau est tres éfficace surtout à ceux qui ont les problèmes avec les yeux.

Les Minscois y arrivent pour prendre de l’eau pas seulement pour les besoins medicaux mais aussi pour les besoins quotidiens. C’est puisque dans la plupart des immeubles l’eau est bien chlorée et pas bonne.

Le quartier « Olympijsky » a été érigé en 1999, destiné pour les sportifs et les entraineurs.

D’après le projet le quartier ne doit comprendre que les immeubles géants (9-19 etages).

Académie de la culture physique – un des plus anciens établissements d’études superieures, fondé en 1937.

L’Académie se trouvait autrefois à la place de Yakooub Kolas ( dans le batiment du centre sportif).

L’ansemble architectural s’est composé aux années 70-80. Maintenant il comprend le corps principal à 7 étages et l’internat pour les étudiants ( 16 étages).

Aux murs de cet etablissement on prépare les professeurs de la culture physique, les entraineurs, les sportifs.

Vraiment Minsk peut etre fier de ses établissements sportifs. C’est la ville du grand sport. Chaque année on y organise des compétitions internationales, républicaines, locales. On compte pres de 3,5 milles d’etablissements sportifs à Minsk ( 18 stades, 6 maneges, 5 patinoires, 58 piscines, 140 tirs de l’arc, 660 salles de sport, 1350 terrains sportifs). Tout ca favorise l’intéret des habitants de Minsk vers le mode de vie sain, les pousse de faire du sport.

A votre droite le quartier tout neuf Vesnianka .

Au debut du 20 siècle à cet endroit se trouvait un petit village avec 100 habitants. Actuellement, ce quartier compte plus de 25-30 milles habitants. Les appartements dans ces batiments sont tres chers et de haute qualité.

Ici il y a tout le necessaire pour la vie: les centres commerciaux, les nouvelles écoles, les jardin d’enfants, l’hotel etc.

Ce quartier est un exemple de la combinaison harmonieuse de l’architécture urbaine avec la nature ( beacoup d’éspaces verts, le lac).

C’est le plus prestigieux quartier à Minsk.

Le centre national du tennis.

Construit en 1978, par l’architecte L. Guelfande.

On l’appelle le Palais de Tennis.

Le centre abrite 4 pistes couvertes de tennis, 24 pistes ouvertes. On y organize les compétitions à l’échelle de la République, les compétitions internationales ( la coupe Devis, le championat de l’Europe).

“Atlante”

Cette usine produit la gamme étendue des articles: refrigérateurs, congélateurs, compresseurs etc.

C’est une première organization qui a commencé à produire des machines à laver (2003).

Exportation en plus de 20 pays: Tchèque, Slovaque, Afganistan, Lituanie, Letonie etc. 60% d’exportation – à la Russie.

C’est une marque la plus connue chez nous.

Vous connaissez la production de l’usine sous le nom de “Phillips”.

Conclusion

Notre tour de ville touche à sa fin. Lors de notre petit voyage nous avons visité les plus beaux endroits de notre capitale, vous avez appris l’histoire de notre ville, avez pris connaissances de nos gens célèbres.

J’espère que c’etait très intéressant pour vous, et vous avez pris beacoup de plaisir pendant notre voyage.

Bien sur c’etait tres-tres court. Un seul tour n'est pas suffisant pour decouvrir toute la capitale, de recevoir un image complet de la République. Vous n'avez pas vu tous les endroits magnifiques.

Je vous invite à revenir chez nous. Notre ville est toujours belle.

Je vous invite à y aller en été pour découvrir nos magnifiques centres recréatifs qui possèdent un très haut niveau de developpement.

Je vous invite à y aller en hiver pour faire du ski et du patinage dans nos staations de ski qui sont aussi bons que les meilleurs stations de l’Europe.

Je vous remercie d’avoir eu la patience de m’écouter et d’avoir éte attentifs et intéressés à notre culture.

Je vous souhaite de bonne continuation de votre voyage et un bon retour à la maison.

Et j’espère de vous revoir chez nous le plus vite possible.

ОТКРЫТЬ САМ ДОКУМЕНТ В НОВОМ ОКНЕ

Комментариев на модерации: 1.

ДОБАВИТЬ КОММЕНТАРИЙ [можно без регистрации]

Ваше имя:

Комментарий

Все материалы в разделе "Иностранный язык"